Aperçu rapide sur les crimes des prêtres

APERÇU RAPIDE
SUR LES CRIMES DES PRÊTRES
OU
RELEVÉ exact des assassinats commis au nom de la Religion,
depuis la naissance du Christianisme jusqu'à nos jours

Les archives de la Révolution française [1794?]

1°) Les prêtres juifs, devanciers de nos prêtres, firent périr par le fil de l'épée, ou mettre en croix, trois cent mille hommes, pour avoir dansé autour du veau d'or, etc.

2°) Les prêtres changèrent les chrétiens en séditieux. Ils comptèrent deux cent mille martyrs : je compte deux cent mille victimes de leur fanatisme.

3°) Les prêtres régnèrent avec Constantin. Pendant six cent ans, on se bat pour des mots ; l'on peut compter au plus bas cent mille hommes égorgés dans toutes ces querelles.

4°) Comptons seulement dans les guerres des Sarrazins un million d'hommes.

5°) Le bon Roi Clovis, ce pieux chrétien, à la sollicitation du pape et des évêques, fait égorger, pour sa part, cent mille Ariens.

6°) Evaluons ce que les rois Goths, Ostrogoths, Celtes, Francs, Gaulois ont fait périr, à cinq cent mille hommes.

7°) Comptons cinquante ans de guerre civile en France, vingt batailles, et la Saint-Barthélémy, voilà deux millions d'hommes égorgés.

8°) Cent mille Vaudois voulant ramener les évêques à la pauvreté évangélique ; ils arment le peuple contre eux, et plus de cent mille hommes sont passés au fil de l'épée.

9°) Nous pouvons bien compter, sans exagération, deux millions d'hommes péris dans la première croisade, tant chrétiens que musulmans.

10°) Croisades particulières, ordonnées par le Saint-Père contre les princes chrétiens, le schisme d'Occident, la guerre des Hussites, les massacres de Cabrière, de Mérindol, des Cévennes et d'Irlande, au plus bas deux cent mille hommes.

11°) La sainte Inquisition, depuis son établissement, au moins trois cent mille hommes.

12°) Douze millions d'Américains, assassinés pour la plus grande gloire de Dieu et l'édification de l'église.

13°) Au Japon, les Jésuites firent égorger quatre cent mille hommes.

14°) Cent mille solitaires, victimes de leur austérité fanatique.

15°) Assassinats commis, sous le nom de jugement de Dieu, trente mille hommes.

Actuellement, supposons qu'il n'y eût en Europe, depuis la naissance du christianisme jusqu'à nos jours, que neuf millions de moines, de religieuses et de prêtres, voilà donc neuf millions d'individus perdus pour la société. Comptons actuellement combien un moine peut faire d'enfans ; combien ces enfans peuvent en procurer à leur tour, pendant l'espace de dix-huit siècles ; supputons, avec la plus grande modération, ne comptons que dix-huit millions d'être étouffés en germe par leur homicide célibat.

Résumons : prêtres, chrétiens, vous avez donné la mort à plus de trente-huit millions d'hommes.

D'après ce calcul vrai, que l'histoire prouve à chaque page, que pensez-vous que l'homme sensible doit croire d'une religion qui a fait commettre de telles horreurs ? Comment voulez-vous qu'il la chérisse ? Arrachez-lui donc le cur, enlevez-lui tout sentiment humain, ou ne trouvez point mauvais qu'il l'attaque sans cesse, qu'il la combatte avec courage, qu'il ouvre les yeux à ses Concitoyens, sur leurs intérêts les plus chers ?

Les prêtres pour se laver, nous disent : Ce n'est pas là la religion, c'est l'abus de la religion, ou pour mieux dire l'ambition ou l'avarice des papes et du clergé, qui les ont porté à ces excès dont gémit la religion elle-même.

Eh ! Que m'importe le motif qui les fait agir, lorsque le résultat est le massacre de nos semblables ! lorsque celui qui se dit l'Oracle et le représentant de Dieu sur la terre, me dépouille en son nom, et m'arrache ce que j'ai de plus cher, tout en me pêchant l'humilité et la paix ! que me font toutes ces belles paroles, tous ces mots mystiques, toutes ces promesses d'un avenir heureux, lorsque ceux qui sont chargés de me conduire, par la douceur et la patience, dans le chemin du salut, m'y font traîner par des bourreaux, et encore viendront me dire avec cette impassibilité qui tient de la férocité, que c'étoit un abus que la religion elle-même condamnoit. Mais ceux qui sont morts, le sont-ils moins ? mais les larmes qu'ils ont fait couler, ont-elle pu les tarir ? Ah ! loin de nous, ces hommes sanguinaires, de quelque partis qu'ils soient, quelque secte qu'ils aient embrassé, ce sont des monstres dans la nature ; car, ni la religion, ni la liberté ne donnent le droit d'égorger son semblable.


RÉPUBLICAINS,

Les prêtres implacables, ennemis des mortels,
Vils soutiens du despotisme, à l'ombre des autels,
Menteurs par habitude et fripons par essence,
Nous tromper, nous corrompre est le but de cette engeance.
Méfiez-vous donc des perfides instigations,
De ces hypocrites marchands d'absolutions,
Qui se disent les arbitres de vos destins
qu'en terme vulgaire, on appelle calotins,
Qui, au lieu de prêcher la paix et la concorde
N'ont cessé de souffler le feu de la discorde ;
Ces monstres pervers, suppôts de la vengeance,
sont les plus cruels ennemis de la France.
Ils détestent la Convention nationale,
Parce qu'elle a détruit la vermine papale ;
qu'elle a anéanti les abus féodaux,
Et qu'elle a décrété que nous étions égaux !
Amis, revenez de votre aveugle égarement,
Et n'ayez désormais pour point de ralliement
Que la représentation nationale,
Et au diable la ligue sacerdotale ;
Le sacerdoce, cet ennemi des humains,
Ose élever au ciel ses sinistres mains
Teintes du sang des malheureuses victimes,
Qui a trompé par ses complots et ses crimes.
Sa principale divinité est la fourbe,
Malheur à celui, qui sous son joug se courbe ;
Je ne prétends pas parler de tous les prêtres ;
Soyons justes, ils ne sont pas tous des traîtres ;
Mais, mes amis, les bons sont bien rares ;
Ils sont presque tous ambitieux et avares,
Prenant de toutes mains comme les procureurs ;
Enfin ils ont commis toutes sortes d'horreurs.
Républicains, appréciez la dignité de votre être,
Et ne soyez plus le vil esclave d'un prêtre :
Si votre femme veut qu'il vienne à la maison,
Ne le permettez pas, et cela pour raison :
Cycophantes astucieux, ils emprégnoient leurs curs
Du poison du fanatisme et de ses erreurs ;
D'un fer homicide nous armant l'un contre l'autre,
Chacun d'eux, de Jésus, se dit fidèle apôtre.
Ils ont menti ; car Jésus était un Sans-culotte véridique
Qui ne fut jamais de cette infernale clique ;
Jésus étoit l'ami de la sainte vérité,
des bonnes murs et de la douce Égalité.
Ennemi juré du pharisien voleur,
il l'eût été, sans doute, du prélat agioteur.
Jésus détestoit les scélérats et les traîtres,
Par conséquent il devoit haïr les prêtres !
Amis, voulez-vous vous préserver du fanatisme ?
(Voici la recette).
Avalez une bonne dose de civisme,
Douze grains d'émétique révolutionnaire,
Cela vous développera le caractère ;
Prenez aussi quelque potion de bon sens,
Et bientôt vous ne croirez plus aux revenans ;
Vous ne croirez plus que Dieu en créant l'univers,
Creusa pour ses enfans le gouffre des enfers ;
Et qu'il fit d'un jardin, chasser le premier homme,
Pour avoir d'un pommier détaché une pomme !
Que ce foible péché, par le père commis,
fut et sera toujours expié par le fils.
Par ces inventions de pieux assassins,
Ont conduit, à leur gré, la race des humains.
Chacun d'eux se disant du Vrai dieu l'interprête,
Des esprits et des biens ils firent la conquête ;
Et bientôt, pour servir leur plus vils intérêts,
L'homme connut par eux le plus noir des forfaits :
On vit au même instant aux deux bouts de la terre,
Le fils, au nom du ciel, assassiner son père ;
Et le père à son tour, suivant les mêmes lois,
De la nature en pleurs méconnaître la voix.
On le vit en mourant accorder à des prêtres,
Tous les biens fabuleux, le bien de ses ancêtres.
Ils priva ses enfans de leur propriété :
Et tout cela, dit-on, ce fut par piété :
Donnez, et vous aurez le ciel en héritage.
Tel fut de nos prélats, en tout temps, le langage....
Perfides charlatans, fuyez loin de mes yeux,
Et ne vous dites plus les organes des cieux,
Je ris de cette erreur, et mon cur qui l'abjure,
Ne connoit d'autre dieu que l'Auteur de la Nature :
Ce Dieu que je révère (et de vous ignoré)
Sera toujours le seul digne d'être adoré.


PRÉCIS DE LA RELIGION NATURELLE

O ! vous, que l'on a si long-temps abusé par des fables, tantôt pour vous retenir sous le joug des tyrans, tantôt pour vous faire baisser humblement le front devant des prêtres aussi fanatiques qu'ambitieux ; c'est à vous que je m'adresse. La Liberté triomphe maintenant, et la Vérité doit triompher avec elle. Vous n'écoutez plus la voix du tyran qui veut vous enchaîner ; n'écoutez plus, de même, celle du prêtre qui vous trompe. Qu'ont-ils à vous enseigner, ces prêtres de tant de religions ? l'erreur. Ecoutez la nature, elle vous enseignera la vérité. Quand vous voyez l'univers, et l'ordre admirable qui y règne, vous vous dites : C'est un Dieu qui l'a créé et qui le gouverne. Quand vous avez rendu service à un homme, vous vous dites avec satisfaction : Je devois obliger mon frère : Eh bien ! voilà la vraie religion, la vraie morale ; la nature en grave les principes dans nos curs.

Qu'est-ce que les prêtres vous ont appris de plus et de meilleur ? Ils n'ont fait que corrompre ce qu'avoient de sublime cette religion et cette morale. Ils ont donné à la Divinité les passions et les foiblesses humaines. Ils ont bâti des fables et ont dit aux hommes : Croyez ce que nous vous enseignons. Ils vous ont dit : L'Homme, après avoir péché ne pût être sauvé que par la mort du fils de Dieu. Quelle folie ! Dieu qui a créé l'homme et l'univers, ne peut pas sauver ce même homme, si un autre Dieu, qui est son fils, ne vient sur la terre, ne se fait homme, et ne meurt dans les supplices ? En vérité, il falloit bien fonder sur la folie des hommes pour leur conter des sottises semblables !...... Quoi ! Dieu ne peut sauver l'homme que par la mort de son fils ? Il n'est donc pas tout-puissant, s'il est obligé de dégrader la Divinité pour sauver l'ouvrage de ses mains, c'est-à-dire, pour faire beaucoup moins que lorsqu'il le créa ? Prêtres sacrilèges ! n'avez-vous pas craint d'attirer sur vous la colère divine, en détruisant ainsi la majesté de l'Être-Suprême ?

Hommes simples ! soyez enfin éclairés ; n'estimez plus ces fables que ce qu'elle valent ; rendez hommage à l'auteur de la nature ; mais oubliez le Christ, la pomme que mangea Adam, les flammes de l'enfer, et tous les autres contes semblables.

Entretenez les sentimens religieux dans vos familles, parce que ces sentimens nous sont naturels, qu'ils nous rendent heureux et nous inspirent des vertus. Dites à vos enfans : l'univers nous annonce un Dieu, adorez-le ; car c'est de lui que vous tenez le jour ; aimez les hommes, car ils sont vos frères ; aimez la liberté, car Dieu l'a donné à l'homme, et c'est un crime de la perdre. Voilà la vérité que vous devez à vos enfans ; gardez-vous de leur inspirer encore des erreurs qui, désormais, ne seraient plus que funestes ; vous leur devez la vérité, je vous le répète, et la patrie qui veut des Citoyens sages vous ordonne de la leur faire connoître. Ne cessez de leur dire : ce n'est pas nous qui ramène le jour ou les ténêbres ; les saisons se succèdent sans que nous y songions. Nous ne pouvons faire éclore les fleurs, ni jaunir les moissons ; ainsi, si ce n'est pas nous qui a créé l'univers et régit les saisons, il y a donc un Être assez puissant qui l'a fait. Oui, tout nous le prouve ; cet Être qui a créé l'univers, et qui le gouverne avec tant de sagesse, nous l'appelons DIEU. Quelle est la nature de ce Dieu ? je l'ignore.

Quand je vois une horloge, je ne puis douter qu'un horloger l'a faite ; quand je vois l'univers, je ne puis douter non plus qu'un Être-Suprême l'a créé. [Cette idée sublime est de Voltaire, qui l'a imitée de Platon.] J'ajouterai : si en voyant une horloge, je sais que c'est l'ouvrage d'un horloger, ce n'est pas une raison pour que je sache de quelle figure, de quelle taille est cet horloger que je n'ai jamais vu ; de même, si en voyant l'univers,, je ne puis douter de l'existence d'un Créateur suprême, ce n'est pas une raison non plus pour que je sache qu'elle est la nature de ce créateur.

Dieu est tout-puissant, bon et juste ; voilà des faits dont je ne puis pas plus douter que de son existence.

Puisqu'il a créé et qu'il gouverne tout, il est d'une puissance infinie pour nous.

Puisqu'il nous a créés, nous procure ce qui nous est nécessaire ; et plus encore, puisqu'il nous a inspiré l'amour du bien et la haine du mal, il n'y a point de doute qu'il ne soit bon ; l'homme juste n'en doutera jamais ; le méchant fera peut-être quelquefois de vains efforts pour en douter.

Je ne veux pas d'autres preuves de sa justice que la satisfaction que me laisse une conscience tranquille, et les remords que me donne le crime que je puis avoir commis. Voilà tout ce que mon cur et ma raison m'apprennent sur la divinité.

F I N.